Contrat de quartier Rouppe

Contrat de quartier Rouppe

Version imprimablePDF version
Contrat de quartier Rouppe

Contrat de quartier Rouppe : Inauguration de deux nouvelles résidences de la Régie (23/09/2015).

Les résidences 'Rouppe' et 'Terre-Neuve' accueillent dès aujourd’hui leurs habitants. Elles proposent treize nouveaux logements de qualité à caractère social, complétant la revitalisation insufflée par le Contrat de quartier pour un montant de quelque 25 millions.

Le Collège des Bourgmestre et Echevins de la Ville de Bruxelles -en la personne de son Bourgmestre Yvan Mayeur (PS), de son Echevin du Logement Mohamed Ouriaghli (PS) et de son Echevine des Contrats de quartier Ans Persoons (sp.a)- a eu la joie d’inaugurer officiellement les résidences ‘Rouppe’ et ‘Terre-Neuve’, fruits du Contrat de quartier ‘Rouppe’. Celui-ci, en plus de l’habitat, a eu pour bienfait d’agir de façon conséquente sur les espaces publics et les équipements collectifs. Au niveau du logement, il importait de répondre à la demande pressante à destination des ménages à faibles revenus. En plus des deux projets à charge de la Régie foncière, deux autres ont été portés par le privé avec pour résultat huit nouveaux logements étudiants et trente-trois appartements.


13 nouvelles unités à caractère social

Le premier bâtiment est situé sur la place mythique et populaire Rouppe. Connue pour avoir  été  la  première  localisation  de  la  gare  du  Midi  au  dix-neuvième  siècle,  l’implantation qui  en  découle  constitue  un  des  plus  beaux  témoignages de  l’âge  d’or  de  l’architecture  néo-classique  au  sud  du  Pentagone.  La  Ville  a  acquis  et  rénové  l’immeuble  des  numéros  1  et  2, dont  la  FGTB  était  le  propriétaire. Ceci  afin  d’y  établir  sept logements  (quatre  appartements d’une  chambre  et  trois  studios), ainsi qu’un  rez-de-chaussée  commercial  pour  un  coût  de l’ordre de 960.000€. Le projet a bénéficié d’un subside de 720.000€. 

Le  deuxième  bâtiment  a été érigé rue Terre-Neuve  aux  numéros  118-124.  Cette nouvelle construction de six logements (deux duplex de trois chambres, deux appartements de deux chambres et deux appartements d’une chambre) balaye par la même occasion une friche urbaine, plus précisément un parking à ciel ouvert qui déstructurait le front bâti. Une approche particulière  a  été  donnée  à  l’expression  contemporaine  de  la  façade  et  aux  critères  de  basse énergie puisqu’un mur végétalisé orne l’immeuble. Une singularité inédite en ce qui concerne le  patrimoine  immobilier  de  la  Régie  foncière  qui  apporte  ainsi  une  réponse  à  l’étude urbanistique.  Celle-ci  avait  mis  en  évidence  le  besoin de  ‘verdurisation’  de  la jonction  Nord-Midi.  Le  coût  de  l’opération  s’élève  à  1.300.000€, dont  une  grosse  partie  est  subsidiée  à hauteur de 826.942,9€.

Tous les logements ont d’ores et déjà trouvé preneurs. Davantage d’informations sur la liste des biens mis en location peuvent être obtenues es auprès de l’agence locative de la Régie : Mohamed  Ouriaghli  met  en  exergue  l’approche  sociale  de  sa  gestion :  « Bien  que  la Régie  foncière  n’ait  pas  pour  mission  de  produire  du  logement  social,  je  saisis  chaque opportunité qui se présente à moi pour accroître l’offre d’unités à caractère social grâce aux subsides  octroyés  tant  par  la  Ville  que  par  la  Région ».  L’Echevin  du  Logement poursuit : « La rénovation lourde d’une cinquantaine de logements à la rue van Artevelde voisine avait suscité  beaucoup  d’émoi.  A  juste  titre  car  les  immeubles  devaient  être  évacués  le  temps  des travaux. J’en ai fait une priorité d’accompagner les ménages dans la recherche d’un nouveau logement. Tous  ont retrouvé un nouveau foyer, soit dans le  public soit dans le  privé. Quatre ménages,   deux   à   Rouppe   et   deux   à   Terre-Neuve,   habiteront   d’ailleurs   ces   nouvelles résidences ».


Rouppe, un quartier qui s’embellit considérablement

Deux  autres  volets  majeurs  du  Contrat  de  quartier  ont  été  développés.  Le  premier  a trait à l’espace public. L’objectif principal consistait à favoriser un meilleur lien entre la gare du  Midi  et  le  centre-ville.  Ans  Persoons  : «  La  rue  du  Midi  sera  redéployée  dans  le prolongement  de  la  promenade  au  milieu  de  l’avenue Stalingrad,  avec  de  larges  trottoirs  et 25  arbres.  La  partie  entre  la  rue  des  Bogards  et  la  rue  Tabora  sera  reprise  dans  la  zone piétonne. La rue du Midi deviendra alors la grande entrée du centre. Actuellement, l’enquête publique de ce projet est en cours. Les travaux débuteront en 2016.” De nombreuses rues ont été  rafraîchies  et  l’éclairage  public  a  sensiblement  été  amélioré.  L’ensemble  de  l’ouvrage portait sur la rénovation des voiries de façade à façade, l’aménagement de nouveaux trottoirs, la  création  de  nouvelles  plantations  et  la  rénovation  de  l’éclairage  public.  Les  axes  qui  ont prioritairement profité de cet effort sont : la rue de la Chaufferette qui accueille, depuis le 1er mai  2015,  la  première  fresque  urbaine  permanente  belge  sur  la  thématique  LGBTQI ;  les devantures commerciales du palais du Midi ; les rues d’Accolay, van Helmont et Tanneurs ; et le Passage du Travail qui s’est vu réhabilité.

Le  deuxième volet concerne les équipements collectifs avec deux belles concrétisations. D’une part l’émergence d’une crèche sur le site de la Querelle avec à la clé 44 places en lieu et place de la  dalle de parking. Cette dernière  a été démolie pour faire place à un bâtiment de deux niveaux de type basse énergie comprenant une toiture verte. D’autre part la salle de sport Buls a joui d’un coup de jeune avec pour finalité aussi d’ouvrir l’équipement sportif de l’école à d’autres usagers. Ans Persoons : « Avec l’inauguration des nouveaux logements, le Contrat de quartier Rouppe  est  désormais  presque  achevé. La rue du Midi doit encore être redéployée et la rénovation  du  socle  de  l’îlot  Querelle  doit  encore être  réalisée.  Entretemps, nous sommes bien occupés avec l’achèvement du Contrat de quarter Jardin aux Fleurs d’une part,  et  le début du Contrat de quartier Jonction d’autre part. Cette politique de renouvellement urbain démontre de manière évidente qu’améliorer la qualité de vie de nos  quartiers est la  priorité absolue de ce Collège.»